Bangui : Des réfugiés étrangers tués lors de la prise de pouvoir par la Séléka

Bangui, 27 avr. 13 (RJDH) – Au total deux réfugiés tchadiens et un soudanais ont été tués depuis la prise de pouvoir par les rebelles de la coalition Séléka, le 24 mars dernier. Quatre autres ont été portés disparus dont deux enfants. Beaucoup d’autres notamment des commerçants, ont été également victimes de pillage.

Cette information est rendue publique le vendredi 26 avril, par Faustin Gasana, le représentant des refugiés en Centrafrique, lors de la réunion de présentation du bilan des exactions qu’ont subi les refugiés, dans les évènements qui ont conduit à la prise de pouvoir par la Séléka. Une rencontre dirigée par la chargée de protection du Haut commissariat pour les réfugiés(HCR), dans les locaux de la Commission Nationale pour les Réfugiés (CNR).

La Centrafrique accueille d’importants nombres des réfugiés soudanais, tchadiens, ivoiriens, rwandais et congolais. L’occasion a été donnée également, pour identifier un certain nombre de difficultés auxquelles ils font face.

La chargée de la protection du HCR a fait savoir que son institution n’a ni mandat, ni moyens de protéger les refugiés dans les différents quartiers dans lesquels ils se trouvent. Elle ajoute que cet aspect revient à la responsabilité du gouvernement d’accueil.

Le représentant du CNR a affirmé pour sa part que cette situation de crise est identique pour tous les réfugiés présents sur le sol centrafricains. Il a mentionné que la situation est encore beaucoup plus difficile pour ceux, vivant dans des camps, notamment à Bambari (centre), Zémio (est) et Batalimo (sud). Les réfugiés de ces zones manquent crucialement de la nourriture, car les routes pour le ravitaillement ont été coupées.

Il faut signaler que le siège du HCR à Bangui a été pillé. Le personnel a été évacué d’urgence au Cameroun, pour des raisons de sécurité. Présentement, seule la responsable de protection et celui de la sécurité qui assurent l’administration de l’institution. Il est ressorti alors que la charge des refugiés devrait revenir au CNR qui est une institution de l’Etat centrafricain.

Face à la crise qui continu toujours en Centrafrique, certains réfugiés ont demandé au HCR de les déplacer dans un autre pays. D’autres ont carrément demandé d’êtres rapatriés dans leurs propres pays.

Par ailleurs, le HCR a confirmé qu’à partir du 30 juin 2013, la close de cessation du statut de refugié pour les rwandais sera appliquée. Les consultations sont en cours pour le rapatriement volontaire et la réinsertion dans la société centrafricaine.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 460 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :