Bangui : l’ONG ‘’Enfants sans Frontières’’ lance un SOS en faveur des enfants centrafricains

Bangui, 27 avr. 13 (RJDH) – Depuis le début de la crise actuelle en Centrafrique, l’opinion nationale et internationale a assisté à une remise en cause systématique des droits des enfants d’une part, et des actions en faveur de leur protection d’autre part. A l’issue d’une conférence de presse qui s’est tenue le Vendredi 26 avril, à la paroisse Notre Dame de Fatima, Brice Kevin Kakpayen, coordonateur de cette association brosse un tableau sombre de la situation de tous les enfants en Centrafrique. Il appelle par ailleurs les partenaires au développement à leur venir en aide le plutôt possible.

Dans le propos liminaire de Brice Kakpayen, il a souligné que plus de 2500 enfants ont été enrôlés tant par la coalition Séléka dans les zones sous occupation que par les milices créées dans la capitale par les proches de l’ancien président François Bozizé, sans aucun doute en violation des conventions et chartes africaines des droits et du bien-être de l’enfant, interdisant le recrutement d’enfants par les parties en conflit.

« Un grand nombre d’enfants non accompagnés se trouvent parmi les 15 703 réfugiés centrafricains vivant en RD-Congo avant et après le putsch du 24 mars. Malheureusement ces enfants sont exposés à la famine, aux violences de tout genre ainsi qu’à leur exploitation. En dehors de cela, nous notons également des cas de viol avérés sur les filles dans les zones sous contrôle de la Séléka », a-t-il expliqué.

Au niveau de l’éducation, la situation s’est encore s’empirée. « Avant le 24 Mars 2013, 166 000 enfants n’avaient pas accès à l’éducation dans les zones sous contrôle de la Séléka. Cependant, c’est presque tous les enfants de la Centrafrique qui n’ont pas accès à l’éducation, bien que l’article 28 de la convention relative aux droits de l’enfants stipule que tous les enfants ont droit à l’éducation et l’enseignement primaire est obligatoire », a poursuivi le coordonateur de l’ONG Enfants sans Frontières.

Sur le plan sanitaire, beaucoup d’enfants souffrent à l’heure actuelle de la malnutrition aigüe et sévère, du paludisme, de l’anémie de la rougeole et d’autres formes de maladies ou épidémies liées à cette situation d’instabilité.

« Tout ce que nous avons cité ci-haut, expose les enfants à des conditions de vie très drastique. Les hôpitaux sont fermés ou ouverts partiellement, le taux de mortalité infantile et maternelle au moment de l’accouchement a augmenté, toutes les écoles publiques et privées sont et demeurent fermées, la situation alimentaire complètement détériorée, tous ces faits montrent qu’au niveau de différents domaines de la protection des droits de l’enfant, les signaux sont en rouge », a-t-il détaillé.

L’ONG Enfants sans Frontières lance un appel aux organismes, sociétés de la place, associations caritatives nationale et de la diaspora et à toute personne de bonne volonté à soutenir la campagne de restauration des droits de l’enfant en République Centrafricaine qu’elle va mener d’ici le 1er juin 2013.

Publicités
Comments
One Response to “Bangui : l’ONG ‘’Enfants sans Frontières’’ lance un SOS en faveur des enfants centrafricains”
  1. Mbary dit :

    Encore une bonne méthode pour bouffer de l’argent au détriment des autres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 465 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :