Bambari : Une présumée sorcière tuée par des hommes de la Séléka

Bambari, 2 mai 13 (RJDH) – Une femme d’une soixantaine d’années, soupçonnée de sorcellerie, a été torturée et assassinée  par des éléments de la Séléka, le mardi 30 avril, à Bambari (centre). La victime a été accusée d’avoir ensorcelé l’épouse d’un élément de cette rébellion.

D’après les faits rapportés au RJDH, la victime a été soupçonnée d’être à l’origine de la mort des trois personnes, membres d’une  famille, avant de jeter un mauvais sort sur l’épouse d’un élément de la Séléka, qui finalement est décédée.

« C’est pourquoi les hommes de cette coalition l’ont prise, ils l’ont battue à mort et attaché son corps sur une moto. Ils ont sillonné plusieurs quartiers de la ville avec le corps avant d’aller l’abandonné au cimetière du quartier Kidigra », a relaté un habitant de la localité, joint par le RJDH.

Le corps de la victime  a été  inhumé par des jeunes du quartier, le même jour. Certaines sources ont précisé que cette dernière n’a jamais fait l’objet d’une quelconque suspicion en matière de sorcellerie. « C’est la première que cette vielle femme a été accusée de sorcellerie. Nous étions surpris de la voir torturée et tuée sous prétexte qu’elle est une sorcière », s’est indigné un  proche de la victime.

Advertisements
Comments
2 Responses to “Bambari : Une présumée sorcière tuée par des hommes de la Séléka”
  1. nemotyrannus dit :

    Quoi ?! on ne fait rien pour sortir les gens de ces croyances moyen-ageuses ?

    • Si ! L’Évangile du salut en Jésus-Christ seul, et non un abominable mélange « évangile-traditions », délivre avec puissance quiconque se place, librement et de tout cœur, sous la protection toute-puissante du Créateur de l’Univers. Il y a en effet des exemples de gens qui, avant de rendre l’âme après d’affreuses et longues souffrances, confessent avoir tenté d’ensorceler, mais en vain, tel ou tel croyant de leur entourage. Mais l’acte de foi en Jésus-Christ est libre, et personnel. Quand quelqu’un ne veut pas le poser, on ne peut rien pour lui : Dieu, qui a toujours le dernier mot, finira, dans Sa lassitude face à l’endurcissement de l’incrédule, par le laisser à son sort…

      Toutefois, il n’appartient à personne, au monde, de faire justice de manière sauvage, sans en avoir reçu l’autorité légale, en devenant juge après des études juridiques régulières. Ce crime, qu’il soit un acte individuel ou collectif, se paye toujours, tôt ou tard, à moins de s’en repentir sincèrement au pied de la croix de Jésus-Christ et de ne plus jamais le réitérer. Mais le pardon de Dieu, qui sauve pour l’éternité, ne doit empêcher en rien la justice humaine de passer, de manière légitime et objective, c’est-à-dire, après avoir régulièrement établi les faits.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 460 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :