Nola : Les activités tardent à reprendre à cause des exactions

Nola, 04 mai 2013 (RJDH)-Les activités tardent à reprendre dans la ville de Nola (sud) à cause des  exactions des éléments de la Séléka qui se poursuivent. Braquages  à main armée, vols et  enlèvements sont récurrents dans la ville. Dans les quartiers la peur gagne la population.

D’après le constat fait par un habitant  joint ce samedi  4 avril par le RJDH,  la quasi-totalité des commerces restent  fermés.  Les cultivateurs éprouvent d’énormes difficultés à circuler et sont pour la plupart à la maison de peur d’être  agressés par des  éléments de la Séléka.

La même source a cité le cas du  village de  Yamando,  situé à 50 kilomètres de Nola où  les agriculteurs payent 100 FCFA aux  hommes de la Séléka  qui sont sur les barrières, comme frais de passage,  avant de se rendre aux champs. « Le  motel Kelos, où ces hommes en arme sont basés, est devenu une brigade. C’est là où ils  font les opérations de dédouanement des véhicules et autres marchandises », a-t-elle ajouté.

De source médicale, l’hôpital préfectoral de Nola est dépourvu de médicaments. « Il est impossible de s’approvisionner en médicament. Le service de laboratoire  manque de kits pour faire des analyses médicales », a témoigné un agent de santé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 463 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :