Bangui : Les éléments des FACA doutent encore de reprendre les activités

Bangui, 6 mai 2013 (RJDH) – Certains éléments de la police et de la gendarmerie ont repris service ce lundi 6 mai, à la suite de l’appel lancé le samedi dernier par le général Jean-Pierre Dolewaya, nouveau chef d’Etat major des forces armées centrafricaines (FACA). Toutefois, certains éléments des FACA n’ont pas encore repris service à cause des bases militaires toujours occupées par des éléments de la Séléka.

D’après le constat fait par le RJDH qui a fait le tour de certains camps militaires et les commissariats de Bangui, seule la présence des éléments de la police et de la gendarmerie a été remarquée. Quelques éléments de la police sont à leurs postes au niveau du commissariat du 8ème arrondissement et au commissariat central de Bangui. Mais ces agents de l’ordre qui se trouvaient à leurs lieux de travail se plaignent du manque de matériel.

« Aucune disposition n’est prise pour la reprise. Nous n’avons pas de moyens matériels ou  financiers pour faire le travail. Tout le monde est présent à son poste y compris nos chefs hiérarchiques. Mais avec quels moyens allons-nous travailler ? », s’est interrogé un agent de la police qui a requis l’anonymat.

Au niveau de la gendarmerie nationale, on note également la présence des éléments. Mais ces derniers ne disposent d’aucuns moyens. « Certains éléments de la gendarmerie assurent la sécurité à l’aéroport international Bangui M’poko et dans la préfecture de Bimbo. Mais, d’autres n’ont pas encore repris service de peur d’être enlevé ou tué par des éléments de la Séléka », a dit un officier de la gendarmerie.

Dans les camps militaires, la présence des éléments des FACA n’est pas constatée malgré l’appel lancé par le nouveau chef d’Etat major, car les éléments de la Séléka sont encore présents dans les camps.

« Nous sommes prêts à répondre à l’appel lancé par le chef d’Etat major des armées. Mais il faudra que les éléments de la Séléka qui occupent encore les camps puissent quitter les lieux. Car jusqu’aujourd’hui, les FACA restent les cibles de certains éléments de la Séléka », a déclaré un élément de l’armée nationale.

La semaine dernière, le nouveau chef d’Etat major des armées, le général Jean-Pierre Dollé-Waya avait lancé un appel aux forces de l’ordre et de défense, de reprendre les activités.

Publicités
Comments
One Response to “Bangui : Les éléments des FACA doutent encore de reprendre les activités”
  1. finley dit :

    il faut que la FACA puisse reprendre sinon, rien ne va aller, seul FACA, la gendarmerie et la police qui peu garantir la sécurité térritoriale et du peuple centrafricain, je leurs domande vraiment d’avoir le soucis de ce peuple, car avec ses rats là nousy arriveront pas!!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 465 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :