Bangui : Les centrafricains observent une journée de jeûne et prière

La carte de la Centrafrique
D’après le décret lu à la Radio nationale le lundi 6 mai, le mardi sera consacré au jeûne et à la prière, afin d’implorer Dieu pour que la paix revienne sur toute l’étendue du territoire centrafricain. A cet effet, tous les débits de boissons seront fermés  durant toute la journée. Les Directeurs de la gendarmerie et la police sont chargés de veiller au strict respect de cette directive.
D’après le constat fait par le RJDH ce matin dans la ville de Bangui, les quelques administrations publiques et privées qui ont repris les activités n’ont pas ouvert leurs portes en guise de respect à ce décret. « Nous avons suspendu nos activités suite au décret présidentiel déclarant le jeune et prière », a témoigné un agent de l’Eco-Bank.
Toutefois, certaines personnes  pensent que la République centrafricaine est un pays laïc qui a besoin de travail pour se relever.
« Nous sommes dans un Etat laïc et amalgamer les affaires  de l’Etat avec la religion est un réel problème. Lorsqu’on se confronte à des difficultés, il est important de se remettre résolument au travail car le pays est vraiment en retard avec le pillage et les vols, car seul le travail peut libérer la RCA », a dit un professeur de l’Université sous couvert de l’anonymat.
 « Lorsqu’on est devant une situation difficile à franchir, on est obligé de se remettre à Dieu. Mais avant de prier, il y’a des préalables à accomplir comme demander pardon à Dieu, se réconcilier», a-t-il ajouté.
Un économiste interrogé à sujet pense que  « La RCA est le dernier de la liste des pays de la CEMAC sur le plan économique. Son économie est à plat avec les évènements politico-militaires. L’heure n’est pas à la digression. A César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu », a-t-il martelé.
Même son de cloche pour une étudiante qui souligne  que « la paix provient de nous-mêmes, les centrafricains, Dieu a dit dans sa parole que si tu as de problèmes avec ton frère, il est important d’arranger cela avant de prier, mais il y’a toujours de rancunes, d’esprit de vengeance dans le cœur du peuple et par quel moyen peut on dire que Dieu va  exaucer nos prière ? » s’est elle interrogée.
Rappelons que la décision d’une journée de prière se  prenait en RCA depuis toujours à l’époque de l’ancien président François  Bozizé,  par le ministère de l’administration du territoire et de la  décentralisation et non une instruction présidentielle.
Comments
2 Responses to “Bangui : Les centrafricains observent une journée de jeûne et prière”
  1. soupou dit :

    Ce décret est rirdicule. Nous ne sommes plus au temps de Moïse; la manne ne tombera plus du ciel pour nourrir les gens. Le président doit prendre ses responsabilités, payer les fonctionnaires et agents de l’Etat, faire des choses concrêtes pour améliorer les conditions de vie d’un peuple qui meurt déjà de faim! Ce n’est pas en imposants aux gens qui viennent de reprendre leurs activités après des smaines de chaos, que l’on va s’en sortir. Je suis vraiment désolé!

  2. joyce dit :

    que peut réaliser l’homme sur terre sans l’approbation et la main de son créateur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 458 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :