Birao : Les refugiés soudanais quittent leur site

Birao, 14 mai 2013 (RJDH) – Les réfugiés soudanais basés de la ville de Ouandja, située à 25 kilomètres de la ville de Birao (nord-est), ont quitté  leur site, à cause de l’insécurité. Ces derniers se trouvent en ce moment au village de Vondomassa, dans la commune de Tiringoulou, encore plus loin dans le nord. 

Les hostilités déclenchées par les rebelles de la Séléka, font renaitre chez les réfugiés un sentiment de peur. « Notre sécurité n’est pas garantie dans cette ville. C’est pourquoi, nous avons décidé de quitter pour aller à Vondomassa. Et en plus, ce village est hors du danger, vu son éloignement », a déclaré un de ces refugiés.

D’après une source proche de la municipalité de la ville de Birao, ces réfugiés ont été recensés dès leur arrivée par les autorités locales et leur sécurité est assurée par celles-ci.

« Nous ne comprenons pas cette décision. Ils ont volontairement quitté le site pour le village de Vodomassa, situé à 125km de Birao dans la commune de Tiringoulou. Dans ce village, nous ne pouvons plus assurer leur sécurité », a dit une autre autorité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 458 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :