Bangui : Encore une déviation de route à cause de la dégradation avancée

Bangui, 16 mai 2013 (RJDH) – La route qui relie l’avenue David Dakco et l’avenue Barthelemy Boganda en passant par le quartier Sapéké, dans le 6ème arrondissement de Bangui, est déviée depuis le Jeudi 16 mai, dans la matinée, à cause de la dégradation avancée de la route.

Des taxis, et taxi-bus ainsi que des véhicules des particuliers ne peuvent plus emprunter cet axe. Les véhicules passent désormais par la rue Oubangui qui relie la rue du canal à l’avenue de la CEMAC  en passant par 92 logements dans le 6eme arrondissement de la ville de Bangui.

En empruntant cet axe, on peut apercevoir un panneau de signalisation à 100 mètres du pont de Sapéké déjà affaissé, sur lequel est inscrit : ‘’ROUTE BARREE’’. Aussi, aux environs de 800 mètres du pont sur la ‘’rue poussière’’ qui longe le canal jusqu’au siège du BINUCA, sur l’avenue Boganda, deux autres panneaux de signalisation sont plantés indiquant respectueusement la déviation.

Le reporter du RJDH a remarqué que vu le rétrécissement de la rue joignant l’avenue David Dacko et Boganda, juste à proximité du pont, il est trop risqué de passer avec une voiture. Seuls les motos, les poussepousses et les piétons peuvent circuler.

Les travaux de reconstruction du pont de Sapéké, qui s’était affaissé le 12 octobre 2012, se sont arrêtés le 24 mars, avec la prise de pouvoir par la coalition Séléka, juste à 60 mètres du pont. Le jeudi 09 mai, une portion de terre qui longe le canal, en construction s’est encore affaissée.

D’après le témoignage des riverains du canal, Michel Djotodjia, le président de la transition en Centrafrique aurait fait une décente sur les lieux, pour constater la situation avec le ministre de l’Habitat.

Géneviève Bonémé, chef de ménage riverain du canal, a fait savoir que le Président de la transition aurait demandé aux personnes dont les habitations sont proches de ce canal, de quitter les lieux, affirmant que le gouvernement s’occupera de leurs frais de loyer pour une période d’un an, en attendant la fin des travaux.

Des sources bien informées ont fait savoir que cinq ménages menacés ont perçu une somme de 300 000 FCFA  qui serait apportée par le ministère de l’Habitat, pour les aider à quitter les lieux, qui représentent désormais un véritable danger.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 458 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :