Bangui : Une journée sans véhicule sur l’axe Bangui/Mbaïki

Des véhicules de transport en commun, bloqués par les éléments de la Séléka au nord de Damara, le 21 février - Photo Hippolyte Donossio

Les conducteurs et receveurs de transport en commun sur l’axe Bangui- Mbaïki, ont observé une journée sans véhicule, ce mercredi 17 juillet, en mémoire de leurs collaborateurs enlevés et assassinés au début de semaine par les éléments de la coalition Séléka.

Selon Jean-Claude Yédanga, délégué des transporteurs sur l’axe Bangui-Mbaïki, le but de cet arrêt de travail est de compatir avec les parents des victimes. « Cet arrêt des activités est une occasion pour nous d’être plus proche des parents des victimes de l’exécution sommaire. Un  chauffeur et son receveur, tués par les éléments de la séléka », a-t-il expliqué.

Les corps des victimes ont été retrouvés le lundi sur la rive du fleuve Oubangui par des piroguiers. Le constat révèle que les victimes ont subi des tortures avant d’être abattues.

Jean-Claude Yédanga a par ailleurs déploré des actes de barbarie que subi au quotidien  les conducteurs des véhicules de transport en commun sur cet axe. Ces actes sont perpétrés par les éléments de la Séléka. « Un service minimum n’est pas mis en place, parce que nous devrons tous être présents à la cérémonie funéraire », a-t-il dit.

Les conducteurs entendent entrer en grève pour dénoncer les multiples tueries et tracasseries routières

Dans son explication Maturin Koézé-Samba, secrétaire général du syndicat des transporteurs de l’axe Bangui-Mbaïki, a annoncé que le collectif se propose de lancer un préavis de grève à l’endroit des  autorités. Ce document va leur permettre de présenter les difficultés qu’ils rencontrent de la part des éléments de la séléka dans l’exercice de leurs activités.

« Nous allons remettre aux autorités du pays dès demain 18 juillet un préavis de grève pour revendiquer l’amélioration des conditions de travail. Sans notre prestation, comment la population pourrait se rendre d’un point à un autre », s’est indigné le secrétaire général.

Les conséquences de l’arrêt de travail sur les activités commerciales se sentent chez les vendeuses du marché km5. Celles-ci s’indignent tout en reconnaissant l’acte posé par les conducteurs et receveurs comme légitime.

« Les chauffeurs et les receveurs ont raison d’observer ce mouvement. Ils sont au quotidiennement victimes des tracasseries sur cet axe. Ce que nous déplorons, c’est les conséquences de ce mouvement qui a une répercussion négative sur nos marchandises », a fait savoir le représentant des commerçants.

Le lundi 15 juillet, deux corps sans vies ont été retrouvés sur la rive Oubangui. Il s’agit du corps d’un chauffeur et un receveur de véhicule enlevé la semaine dernière au PK 9, route de Mbaïki, par les éléments de la Séléka. La découverte de 35 tee-shirts portant l’effigie de l’ancien président François Bozizé dans le sac d’un des passagers a été à l’origine de cet assassinat.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 458 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :