Bossangoa : La population affirme être victime de vengeance de la Séléka

Certains habitants  de la ville de Bossangoa (nord) ont rapporté au  RJDH que les hommes de la Séléka ne cessent de commettre des exactions sur eux. Ils affirment que  ces exactions se font par vengeance, car la préfecture de l’Ouham est la région de l’ancien président centrafricain François Bozizé, renversé le 24 mars par la coalition Séléka.

« Ils ont aussi menacé de brûler la ville suite à des rumeurs annonçant la gestation d’une nouvelle rébellion dans la région. Par ailleurs le village de Gbangayangua, situé à 12 kilomètres de Bossangoa a été  incendié par ces hommes en arme, le mois passé.  Le bilan du dégât  n’a pas été établi », a témoigné une habitante qui requiert l’anonymat.   

Une femme habitant le village de Léré, localité située à 30 Kilomètres de la ville de Bossangoa,  a été  blessée  des suites de coups de machette qui lui ont été infligés par les hommes de la Séléka, la semaine passée. Celle-ci a eu la vie sauve après avoir bénéficié de soin médical.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 458 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :