Nola : Une pénurie de carburant suite au pillage du port pétrolier de Salo

Nola, 9 mai 2013 (RJDH) – La ville de Nola (sud) connait une pénurie de carburant. Le port pétrolier de Salo, qui ravitaille la région a été pillé et saccagé par des éléments de la Séléka le mardi 7mai. Cependant la station service ‘’Tradex’’ a été également  pillée au  mois de mars dernier lors de la fuite des   éléments  des  forces proches du président déchu François Bozizé.

A Salo situé à 60 kilomètres de la ville de Nola, le carburant est vendu actuellement par des éléments de cette coalition. Ces derniers vendent le litre de pétrole  450 FCFA, le super se vend à 500 CFAF le litre et le gasoil à 500 FCFA.  Les vendeurs achètent et revendent à Nola en y ajoutant entre 200 à 300 FCFA de plus.

« La situation va être compliquée dans les  prochains jours, car la seule route pour la population de la ville de Nola de s’approvisionner  est  celle de la ville de Yokadouma au Cameroun mais la frontière est fermée », a témoigné un autre habitant.

Le port pétrolier de Salo est le deuxième à ravitailler le pays en carburant après celui de Bangui.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 458 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :